Rechercher
  • Marie Lacour

Trucs et astuces pour reprendre positivement la rentrée de septembre



Pour tout le monde

§ Il est important de retrouver doucement un rythme : avancer son heure de coucher comme de lever (pour aider, penser aux repas légers le soir, à moins consommer d’alcool, aux tisanes).


§ Idem au niveau des repas. Une alimentation saine et équilibrée permet vitalité, sommeil réparateur et immunité renforcée.


§ Une fois réveillé et avoir déjeuné, il est bon de se bouger avec une balade en famille ou quelques courses pour se réhabituer à se mettre en mouvement.


§ Préparez vos enfants mentalement : parlez-leur de l’école, des copains, des nouveaux qui vont sans doute arriver et de l’accueil à leur réserver, de leur nouveau professeur, des matières à venir. Expliquez les avantages et les raisons pour lesquelles ils vont à l’école (instruire, socialiser et qualifier les élèves. Les notions qui y sont enseignées servent à augmenter le bagage de connaissances intellectuelles des enfants et à leur donner une plus grande autonomie). Certains livres permettent de préparer les plus jeunes.


§ Si certains rencontrent des angoisses ou des refus, parlez-en, écoutez, dites-leur que c’est bien normal, il y a beaucoup d’inconnues, de nouveautés (l’établissement, le rythme, les copains, le professeur, les matières). Partagez quelques souvenirs de vous à leurs âges. Rappelez qu’ils ne sont pas seuls à vivre tes questionnements et que vous êtes là, rassurez-les.


§ Nous sortons de nombreux mois de pandémies, Le stress que ressentent déjà certains enfants en temps normal à l’idée d’entrer à l’école ou d’entamer une nouvelle année scolaire ne fait que s’aggraver en période de pandémie. Vous pouvez aider votre enfant à bien vivre cette situation en ayant une conversation ouverte sur ses inquiétudes et en lui faisant savoir qu’il est naturel d’être anxieux. Les enfants peuvent se sentir nerveux ou réticents à l’idée de retourner à l’école, faites preuve d’honnêteté – vous pouvez, par exemple, passer en revue quelques-uns des changements qu’il va rencontrer à l’école, comme la nécessité de porter des équipements de protection tels qu'un masque. Les enfants peuvent avoir du mal à observer un éloignement physique avec leurs amis et leurs enseignants lorsqu’ils sont à l’école – vous pouvez les encourager à réfléchir à d’autres manières de créer des liens et de maintenir le contact.

Rassurez-le sur les mesures de sécurité mises en place pour protéger la santé des élèves et des enseignants et rappelez-lui qu’il peut aussi prévenir la propagation des germes en se lavant les mains avec du savon et en toussant ou en éternuant dans le pli de son coude.

Insistez sur les aspects positifs : il va revoir ses amis et ses enseignants (s’il retourne physiquement en classe) et continuer d’apprendre de nouvelles choses.

Vous pouvez même faire en sorte que ces gestes barrières obligatoires soient amusants en vous servant de sa chanson préférée ou en inventant une danse ensemble pendant qu’il se lave les mains. Veillez à lui expliquer que les germes sont invisibles et qu’ils peuvent être partout. Les enfants sont plus susceptibles d’adopter le réflexe de se laver les mains quand ils comprennent pourquoi ils doivent le faire.


§ La veille, préparez les cartables, documents, tenues pour éviter les stress ou conflits matinaux.

§ Le jour J, réveillez-vous assez tôt pour avoir le temps de vous réveiller, de bien déjeuner et de vivre des moments conviviaux en famille. Ça vous permettra aussi de ne pas être pressé ou sous tension avant même d’avoir commencé votre journée. Si votre enfant n’a pas faim ce matin-là, ne forcez pas mais prévoyez une collation saine.



Pour les plus petits/enfants

§ Rendez-les autonomes un maximum : savoir fermer son manteau, savoir faire ses lacets, reconnaître ses affaires grâce à des étiquettes avec leurs noms ou un sigle qu’ils ont choisi leur enlèvent pas mal de stress lors de ces journées pleines de nouveautés.


§ Si elles vous ont été transmises, aller acheter les listes de matériel scolaire bien à temps, permettez à votre enfant de choisir une ou deux choses avec un décor, une couleur ou leur super héros préféré (sans pour autant dire oui à tout). Préparez leur matériel avec eux pour qu’ils se l’approprie.



Pour les adolescents

§ La rentrée en secondaire est parfois associée à changement d’établissement et séparation avec les copains, posez-leur des questions : comment vivent-ils ce grand changement ? Qu’est-ce qui les inquiète ? Parler ensemble et confier ses peurs en diminue déjà leur intensité.


§ Les secondaires, c’est aussi le moment où on rentre seul à pied, en bus, à vélo, en trottinette, faites le trajet avec eux quelques fois pour qu’ils se sentent à leur aise, pour que vous puissiez leur montrer les carrefours ou priorités plus dangereuses, pour que le cadenas soit facile à utiliser/attacher.



Pour les adultes

§ Premier conseil qui risque de plaire à beaucoup : rien de tel qu’une bonne nuit de sommeil avant de reprendre le travail ! Idéal pour recharger les batteries, être frais et disponible et entrer rapidement dans le vif du sujet. Le sommeil est essentiel à notre santé physique globale, à notre santé mentale et à notre bien-être général, mais il améliore notre rendement au travail…


§ Autorisez-vous à reprendre progressivement mais doucement. Il est normal d’avoir une cadence ralentie dès le retour, le tout est de ne pas rester sur ce rythme indéfiniment. Plutôt que de reprendre un rythme effréné et se retrouver rapidement usé, il est préférable de prendre une cadence progressive. Bien entendu, l’exécution simple, efficace et rapide des tâches est de mise. Mais rester productif dans la durée est bien plus important. Il vaut mieux de reprendre le travail petit-à-petit, plutôt que de brusquer son retour et s’y remettre d’un seul coup.


§ Reprendre où on s’est arrêté avant les vacances. Voici un point qui peut sembler logique pour beaucoup, mais qu’on peut avoir tendance à oublier : une mission utile est une mission accomplie jusqu’au bout. Après les vacances ou les confinements, les collègues peuvent revenir avec de nouvelles idées, orientations, pistes de réflexion etc.

Un travail inachevé avant les vacances se doit d’être terminé. Une productivité optimale consiste en l’exécution d’une tâche, son achèvement rapide et son perfectionnement dans le temps selon la possibilité d’amélioration.


§ Dans le but d’être et rester efficace, pensez à la priorisation des tâches ! Elle permet de classer les actions, tâches et missions selon leur ordre d’importance et d’urgence. Cette classification pousse à déterminer s’il faut faire (urgent / important), déléguer (urgent / non-important), planifier (non-urgent / important) ou éliminer (non urgent).


§ Bien gérer votre stress. Surtout quand il s’agit du retour des vacances ou des confinements. Ce changement nécessite une réadaptation : il faut retrouver une routine, un bon rythme de croisière et des dispositions idéales pour travailler. Et ce dans un temps ni trop court (puisque cela génère une pression supplémentaire), ni trop long (puisqu’il faut répondre présent).


§ L’important est de relativiser et de bien gérer son stress. Il faut être patient avec soi-même et réaliser que le blues du retour est normal et passager.


Voici une des clés les plus importantes : rester POSITIF ! Certes les choses ne se mettront pas en place d’elles-mêmes, le travail abonde, le timing se resserre… Mais un collaborateur est plus efficace motivé, reposé de ses vacances et prêt à en découdre dès lors qu’il est dans un état d’esprit positif. Contaminez vos collaborateurs de votre bonne humeur, de votre enthousiasme et reprenez le train en marche. Réappropriez-vous votre espace de travail, reprenez vos rituels…


Tel est le contenu écrit pour la radio Bel RTL, émission "A votre service" du lundi 30/08/2021 avec Sophie Nollevaux.


Je suis à votre disposition pour toute question ou tout accompagnement.


Prenez soin de vous, les autres sont déjà pris !


Bonne rentrée à toutes et tous !


Marie

32 vues0 commentaire